La mort d’un banquier – Roberto CALVI et le Vatican

Accueil::2006, Assassinats politiques::La mort d’un banquier – Roberto CALVI et le Vatican

La mort d’un banquier – Roberto CALVI et le Vatican

6,66

Durée : 52’, Ratio : 4/3, 16/9, Versions : Français, Anglais
Ecrit et Dirigé par: Heribert BLONDIAU et Udo GÜMPEL
Production : WDR – Quartier Latin
Distribution Internationale : ICTV

Watch on Vimeo
UGS : CalvQl Catégories : ,

Description

Cet article est également disponible en : English

Au matin du 18 juin 1982, le corps sans vie d’un homme est retrouvé pendu sous le pont Blackfriars à Londres. Il s’agit du directeur de la plus grosse banque italienne, le très influent banquier milanais Roberto Calvi. A première vue, tout laisse à penser que c’est un suicide… Pourtant, c’est bien un meurtre, un crime politique. Nombreux étaient ceux qui avaient des raisons de vouloir liquider Calvi, en particulier le gouvernement américain de l’époque et le Vatican.

Depuis des années, la banque de Calvi, Banco Ambrosiano, était étroitement liée à la banque du Vatican, l’IOR, et à son directeur douteux, Monsignore Marcinkus. Calvi et Marcinkus étaient mêlés depuis longtemps à des affaires d’escroquerie, généralement au profit de la banque du Vatican. Calvi s’occupait en outre de transactions politiques pour l’Etat pontifical. Dans le cadre d’une sainte alliance entre le président américain Ronald Reagan et le pape polonais Jean-Paul II, Calvi fournissait des millions de dollars à Solidarnosc, le syndicat anticommuniste: en 1982, la situation était explosive.

Lorsque la banque de Calvi se retrouve en difficulté, le banquier demande de l’aide aux prêtres du Vatican. Il écrit au pape et essaie de le faire chanter au sujet de Solidarnosc. Douze jours plus tard, Calvi est retrouvé mort. Le Vatican dépense l’équivalent de 75 millions de francs français pour racheter la serviette du banquier contenant des documents secrets.

Dans ce documentaire, la parole est donnée à des victimes ainsi qu’à des coupables: l’auteur présumé du crime, Carboni, le fils de la victime, Carlo Calvi, des hommes politiques du gouvernement Reagan comme le ministre des Affaires Etrangères Haig et un membre de la C.I.A., Vernon Walters, et enfin le dernier chef de gouvernement communiste polonais, Mieczyslaw Rakowski. L’assassinat de Roberto Calvi, l’un des scandales politiques les plus marquants de ce siècle, suscite toujours de vives réactions. A Rome, Flavio Carboni, qui fut le conseiller de Calvi et son dernier compagnon dans sa fuite à Londres, doit être inculpé de meurtre.

Informations complémentaires

Poids80 g
Dimensions10 × 130 × 185 mm
Durée

52 mins

Langue

English, Français