Description

Octobre 2003 : En Géorgie, république post-soviétique éprouvée au début des années quatre-vingt-dix par une guerre civile et les tentatives de sécession de plusieurs territoires (Ossétie du Sud, Abkhazie, Adjarie), une opposition démocratique conteste les résultats des élections qu’elle dénonce comme truquées. Dirigé principalement par le charismatique ancien ministre de la justice Mikhail Saakachvili, surnommé Micha par ses partisans, le mouvement attaque de front le Président Edouard Chevardnadze, ancien compagnon de Gorbatchev. Le pouvoir sera balayé en quelques semaines. « La Révolution des roses » suit au plus prêt le combat de Mikhail Saakachvili, témoigne de ses affrontements avec les forces de l’ordre, recueille en direct ses impressions. La caméra accompagne celui qui va devenir le troisième président géorgien dans ses déplacements périlleux en Ossétie du Sud, territoire séparatiste interdit, et en Adjarie où il affronte sur son terrain le redoutable potentat local, Aslan Abachidze. Une vision de l’intérieur d’une révolution qui a su rester pacifique et servir de modèle aux événements qui, fin 2004, ont fait basculer l’Ukraine dans le camp des démocraties. Sans doute que d’autres pays de l’ex-URSS vont s’inspirer également de cet exemple dans les mois et années à venir. Sous l’œil bienveillant de l’Union européenne, et de l’administration américaine, comme en témoigne la séquence d’ouverture du film, avec la visite à Tbilissi de George Bush, le 10 mai 2004.